MONDE FANTASTIQUE, laissez votre inspiration vous guider et créer vos propres histoires...
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mille supplices (PV Sevel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nighthaven



Nombre de messages : 83
Points : 11
Date d'inscription : 05/03/2010

Feuille de personnage
Pouvoirs: Maîtrise de l'eau et du climat. Nécromancie.
Race: Inclassable
Niveau de puissance:
2/20  (2/20)

MessageSujet: Mille supplices (PV Sevel)   Ven 26 Mar - 13:49

Le monde était égal à lui-même et pourtant, bien des choses avaient changé en l'absence de Nighthaven. Tout lui semblait plus sombre, plus dangereux, plus hostile. Peut-être était-ce dû à sa nouvelle condition, qui la laissait pratiquement sans défense. Un triste paradoxe en vérité, car si la Strega usait de violence pour défendre sa vie, elle se hissait vers une mort inexorable face à l'Archon qui gagnait sa puissance à travers elle. Mais si elle choisissait de ne pas répondre à la violence, elle exposait plus directement encore sa vie au péril mortel qui la guettait. La jeune femme eut un soupir anéanti face à ces réflexions qui la hantaient chaque jour. Ses recherches sur Dogma Holocauste s'étaient montrées plutôt infructueuses ces derniers temps, même si elle ne perdait pas espoir de tirer cette affaire au clair.

Abandonnée à son exil, la Strega errait au gré de ses pas, indifférente au chemin qu'elle traçait dans la campagne. Elle savait seulement qu'il était préférable d'éviter la compagnie d'autrui, et plus encore celle d'êtres maléfiques. Hélas, à Samroun, ce n'était pas gagné. Une rafale de vent balaya ses longs cheveux, couvrant son visage abîmé par la mélancolie. Soudain, le bracelet se mit à chauffer et il brilla d'une douloureuse incandescence. Si la Strega eut une grimace, elle ne fit cependant rien pour lutter contre cette vague de souffrance éphémère. De toute façon, que pouvait-elle faire ? Rien. Le dénommé Sweeper la tenait en son pouvoir et il serait bien capable de l'emporter... Mais Nighthaven n'avait pas dit son dernier mot. Après son séjour en Enfer, elle en connaissait un rayon sur les démons et les machinations ourdies dans les flammes de ce monde dévasté, royaume de Satan et de ses chiens... Elle savait quels ennemis elle en avait gardé, et ce dont étaient capables les plus perfides. Il y avait encore de nombreuses pistes à explorer pour découvrir qui l'avait piégée et pourquoi.

*Petite sotte... Tu es bien loin de la vérité...* grinça la voix de l'Archon dans son esprit.

Et il eut un ricanement qui exaspéra la jeune femme. Elle leva brièvement les yeux au ciel en murmurant un juron puis accéléra le pas. Bientôt, des lueurs spectrales attirèrent son attention. La silhouette noire des tombes se découpa à la faveur de la lune et après un court temps d'hésitation, la Strega s'engagea dans le cimetière.

- C'est en se croyant imbattable qu'on en paie le prix, déclara-t-elle d'une voix tranquille.

*J'en tremble de peur... Mais je ne me crois pas imbattable. Je SUIS imbattable...*

- Personne n'est imbattable, contra Nighthaven en déambulant entre les pierres tombales.

*Je te mets au défi de trouver un être en ce monde capable de me vaincre...* ironisa l'Archon en augmentant encore la chaleur de son Artefact.

Si elle l'avait pu, Nighthaven l'aurait étranglé sur le champ, dut-elle en payer le prix de sa vie. Au lieu de quoi, elle tenta de l'ignorer superbement. Autour d'elle, les fantômes se lamentaient. Elle ne les voyait pas, mais leurs voix lui parvenaient. Leurs jérémiades, leurs gémissements, leurs sanglots, et parfois même leurs jurons, pour les plus coléreux... Les lueurs qu'elle avait aperçues étaient celles des feux follets, qui batifolaient au-dessus des tombeaux. Un spectacle rare, empreint de beauté et de mystère. La Strega s'arrêta un instant pour contempler ce tableau inédit et elle en oublia la voix de l'Archon dans sa tête.

- Il y a longtemps que j'attendais ce moment... susurra soudain une voix dans l'ombre.

Lentement, Nighthaven pivota sur ses talons et se retourna. La silhouette masculine qui se découpait sous l'arbre mort, au croisement de quatre allées, lui était familière. Lorsque les yeux de l'inopportun s'embrasèrent dans les ténèbres, la jeune femme recula d'un pas, les sourcils froncés. Sweeper ricana de plus belle et la chaleur du bracelet s'éteignit soudainement. Tout cela ne lui disait rien qui vaille. D'un pas assuré, l'homme quitta son abri et se présenta face à la Strega, qui sentit son coeur faire un bond. Les ennuis se profilaient dangereusement...


- Bebal... Le Diable a-t-il lâché ses chiens puants sur ce monde ou t'es-tu échappé de ta prison dorée ? ironisa la jeune femme.

- Tu déchaînes la chronique en Enfer, Night... répliqua le démon sur le même ton, tout en se rapprochant insidieusement de la jeune femme. Apparemment, ton départ impromptu n'a pas plus à tout le monde, en particulier depuis que Satan a appris que l'Archon qu'il gardait si précieusement à sa portée s'est lié à toi pour quitter les enfers...

- S'il le veut, je le lui rends avec plaisir... Je n'ai pas demandé à hériter de ce maudit parasite...

Bebal se mit à rire. Un rire moqueur et grave. Son regard rougeoya puis soudain, son sourire disparut. Avant même que la Strega ait eu le temps de réagir, le démon abattit sa main et la frappa au visage, l'envoyant valser contre un caveau.

- Tu ne feras pas long feu dans ce monde avec cet Archon. Tu sais que je pourrais te tuer en un clin d'oeil.

- Alors qu'est-ce que tu attends ? gronda la Strega en se relevant, du sang dans la bouche.

- Si tu es tuée, nous perdons à jamais le contrôle de l'Archon et ça, c'est une chose que Satan ne sera pas prêt de pardonner. Sais-tu que la plupart des Seigneurs de l'Enfer se sont lancés à ta poursuite ? Tu vas au devant de très gros ennuis...

Nighthaven ne répliqua rien. Bebal ne lui apprenait qu'une seule chose : que Sweeper avait beaucoup plus d'importance que prévu, en particulier aux yeux du Diable et de ses sbires. Mais pourquoi ? Dans quelle mesure ? C'était encore un mystère à éclaircir. Le démon, d'un geste lent, dégaina l'épée qui ne le quittait jamais et en appuya la pointe contre l'épaule de la Strega, l'immobilisant contre la pierre froide du caveau.

- Je ne peux pas te tuer, chuchota-t-il avec un rictus cruel. Mais il y a bien d'autres choses que je peux faire...

Sur ces mots, il fit glisser la lame sur la peau de la jeune femme, créant un sillon sanglant sur son chemin, de sa clavicule vers son bras. Nighthaven serra les dents mais ne broncha pas. Son coeur battait vite, la colère grondait en elle, et ses poings se crispèrent. Pourtant, elle prit sur elle... Elle ne devait pas céder à la violence... Elle ne devait pas faire couler le sang, même d'une vermine aussi détestable que Bebal. Lorsqu'il porta un nouveau coup contre elle, Nighthaven réussit à l'esquiver mais le démon enchaîna si vite qu'elle se retrouva de nouveau à terre, la mâchoire en feu. Sa haine monta encore d'un cran tandis que Bebal s'accroupissait près d'elle, rictus aux lèvres et épée plantée à la verticale du sol.

- Pauvre Strega.... Te voilà à notre merci. Pieds et poings liés à cause de cet Archon, car tu sais ce qui arrivera si tu t'abandonnes à la violence, n'est-ce pas ?

Pour toute réponse, Nighthaven lui cracha au visage, un mélange de salive et de sang. Sans perdre patience, Bebal essuya le crachat et se releva.

- Lucifer s'est lui aussi mêlé de cette affaire. Il a temporairement délaissé ses activités pour se charger de toi. Alastor, Asmodée, Astaroth, Azael... Ils sont tous dans la course car Satan a promis une récompense substantielle à qui ramènerait l'Archon dans le trône du Diable.

- Tu ne peux pas nous séparer aussi facilement que tu sembles le penser, contra Nighthaven, inquiétée malgré elle par toutes ces nouvelles.

- Je sais, acquiesça Bebal en se relevant. Mais dussé-je vous ramener tous les deux pour étudier le problème, nous trouverons le moyen de vous désunir en gardant le contrôle sur l'Archon. Il y a toujours un moyen...

La Strega se garda de répondre, le visage assombri. Elle réalisait soudain le silence de Sweeper depuis que Bebal avait pris la parole. A l'évidence, des choses graves se tramaient entre Satan et l'Archon. De quoi pouvait-il bien s'agir ? Dans quoi l'avait-on embarquée ? Une histoire bien plus importante qu'elle ne l'avait supposé. Perdue dans ses réflexions, elle ne vit pas l'épée fendre les airs dans sa direction. Elle poussa un hurlement de douleur quand la lame lui transperça l'épaule, juste sous la clavicule. D'instinct, ses mains se refermèrent sur l'objet de ses tourments et elle tomba à genoux, grimaçante. Un gémissement lui échappa et un voile de sueur se tissa sur son front. Bebal se rapprocha tout près d'elle, jusqu'à ce que sa bouche vienne à hauteur de son oreille. D'une main, il la saisit délicatement à la gorge :

- J'ai toute la nuit pour m'amuser avec toi... murmura-t-il cruellement. Après tout, je suis le premier à t'avoir retrouvée. Te souviens-tu de ce qui s'est passé en Enfer entre nous ? Je t'avais dit qu'on se retrouverait et que j'aurais ma vengeance... Tu savais qu'au fond, tu ne serais jamais débarrassée de moi...

- J'aurais dû te tuer quand j'en avais l'occasion, souffla Nighthaven avec rage.

Bebal ricana et la fit basculer en arrière. Il vint la dominer, son épée toujours plantée dans sa chair, et dodelina de la tête :

- Oui, acquiesça-t-il finalement. Tu aurais dû...

Alors que la jeune femme remuait péniblement au sol, le démon vint s'asseoir sur elle, l'oppressant de son poids. Il semblait bien décidé à lui faire passer une mauvaise nuit. La Strega ignorait combien de temps elle tiendrait sans céder à la violence car déjà, un flot de haine inextinguible se ruait dans ses veines. Dans le ciel, les nuages s'amassèrent et l'orage tonna. Le vent se leva paresseusement, mais gagna rapidement en violence. Brusquement, un bruit sourd s'échappa des tombes voisines, auquel s'ajoutèrent quelques grognements inquiétants. Ni Bebal ni sa victime n'y firent attention, ignorant quel mal ils allaient éveiller...
Revenir en haut Aller en bas
Sevel



Nombre de messages : 89
Points : 2
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
Pouvoirs: Aucun
Race: Ange
Niveau de puissance:
18/20  (18/20)

MessageSujet: Re: Mille supplices (PV Sevel)   Ven 26 Mar - 20:41

La journée m'avait apporté son lot de mauvaises nouvelles en cascades, augures de plus où moins d'intêret. La pire à mon sens avait été l'annonce de la mort de Marco Giulliani, prêtre au sanctuaire de Samroun et accessoirement mon ami proche. J'avais fait sa connaissance en Angleterre près de deux siècles en arrière lors d'une soirée de la haute société vampirique à laquelle la famille Night avait été conviée. Il n'était qu'un humain parmis les vampires qui nous entouraient mais s'attira bien rapidement ma sympathie par son humour décalé et son esprit affûté et Valentine tomba elle aussi dans ses filets. Nous nous liâmes si bien à lui qu'il fût celui qui célébra notre union à l'issue de laquelle ma femme lui offrit l'immortalité des Nocturnes avec la sensualité qui la caractérisait. Marco m'avait soutenu aprés que Valentine soit partie peu avant son accouchement et m'avait suivi dans le début de mon tour du monde, s'arrêtant en Espagne. Je ne l'avais retrouvé que bien plus tard à Samroun, où il m'indiqua d'ailleurs la tombe de mon aimée. C'était lui qui avait trouvé sa dépouille et l'avait mise en terre à cet endroit isolé afin que je puisse m'y receuillir. Nous nous étions quittés sans imaginer que jamais nous ne nous reverrions, tué par un chasseur de démon qu'il fût. Je ne le pleurais pas, mais portais son deuil. On m'indiqua sa tombe au cimetière de Samroun où je me décidais à aller en fin de journée afin de saluer une dernière fois l'un de mes derniers amis. Etant donné qu'il était homme de foi, on avait effectivement offert une sépulture à ce qui restait de son cadavre. A Samroun, l'hérésie était aprés tout monnaie courante.

J'avais cherché la sépulture un temps durant avant de la retrouver, passant quelques longues minutes à m'y receuillir, jettant négligeamment une rose sur le marbre de mauvaise qualité. Une larve suceuse de sang en moins. Un ami brûlant en enfer de plus. C'était quelque part rassurant, car si je finissais effectivement par rejoindre le Cornu et ses minions j'étais à présent certain d'y trouver de la compagnie. Le puissant roulement de tonnerre qui gronda au-dessus des tombes me tira de mes pensées sinistres et m'invita à rentrer rapidement. Hors de question que je trempe mon manteau, sans compter que le sol se transformerait en boue sous l'effet de la pluie et que cela ne serait pas sans ruiner les bottes hors de prix. Je n'allais pas non plus me tâcher pour un cadavre, si amical fût il.

Mais alors que j'entamais le chemin vers la sortie, une aura puissant vint hurler sa présence à mes oreilles. Ca puait le soufre de bas étage, la bête à cornes en marivaudage. Je me stoppais et me retournais dans la direction que je ressentais, un peu plus loin dans le cimetière. Ma vue m'informa alors que mes sens angéliques ne m'avait pas trompé. Je voyais deux formes s'agiter, une finissant par blesser l'autre. Pas mon problème, je n'avais pas une vocation de justicier, d'autant plus que le dominé de l'histoire puait le maléfique à plein nez. Que les clébards de Satan s'accomodent ensemble de leurs soucis, je n'allais pas non plus la leur tenir pour qu'ils se pissent dessus. Pourtant, quelque chose d'indistinct frappa à ma conscience. Une sensation ténue mais curieusement persistante, comme voilée par une force supplémentaire. Je ne savais pas ce que c'était, mais une chose était sûre, je connaissais. Tirant un cigare de mon manteau ainsi qu'un paquet d'allumettes, je pris quelques secondes pour allumer le cubain afin de profiter de quelques bouffées puissantes et âcres avant que finalement je ne réalise que cette sensation m'était familière pour une raison flagrante : elle m'appartenait. C'était ma propre présence que je ressentais là-bas, ni plus ni moins ! Mon sang coulait -où avait coulé- dans la créature la plus malmenée du lot et il n'y avait jamais une qu'un seul être ayant bénéficié assez longtemps de mon sang pour qu'il l'imprègne autant. J'en étais certain, c'était Nighthaven. Elle ne me sauterait certainement pas au cou de me revoir, mais je ne comptais pas laisser son nouvel ami la sauter tout court, surtout qu'il était bien parti pour me l'abîmer. Serrant ma prise sur mon katana que je tenais à la main comme à mon habitude, je filais en direction du duo non sans une certain appréhension. La dernière fois que j'avais fait la connaissance d'un foutu démoniaque dans le cimetière, j'y avais laissé quelques plumes.


- Oui, tu aurais dû...

A peine ce porc s'était il assit sur son nouveau trône et prononcé ces derniers mots que mon cigare vint s'écraser contre l'arrière de son crâne, lui révélant ma présence à a peine deux pas de lui, dans son dos. Et alors qu'autour de nous voletaient quelques plumes d'un blanc immaculé, je pris la parole alors que Yamato quittait son fourreau dans un bruit métallique rapide et preste pour venir apposer son fil aiguisé contre la carotide de la vomissure à sabots.

- Je peux toujours régler le compte en suspens, sous-être. Ta vie à l'air de te peser un peu trop.

Appuyant l'épée contre sa gorge je le forçais à se relever de son assise. Toujours de la même façon, je le fîs reculer pour m'approcher de Nighthaven - à qui je ne pris pas le risque de jetter un coup d'oeil, mes yeux dardés sur mon adversaire écumant certainement de rage - et je lui tendis la main, lui parlant sans la regarder.

- Debout.

Curieux comme le sort pouvait se répéter. Dix ans auparavant, je sauvais Aarwen des griffes de sa soeur et affrontait Hrutur dans le même endroit. Aujourd'hui, c'est à Nighthaven que je venais en aide, mettant en joue un démon. Intérieurement, j'en vins à penser qu'il fallait que le déjà vu s'arrêta là, tant la fin de l'acte pourrait m'être préjudiciable. Ceci étant dit, je n'étais plus le même depuis cette décénnie. Et même si je n'avais plus Croc-Célèste, j'étais tout à fait capable de renvoyer un démon en enfer.

Alors que je me faisais cette reflexion, l'orage au-dessus de nous prit de l'ampleur. Et sans vraiment pouvoir le définir, je sentais que quelque chose d'autre se profilait parmis les tombes. Restait à savoir quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Nighthaven



Nombre de messages : 83
Points : 11
Date d'inscription : 05/03/2010

Feuille de personnage
Pouvoirs: Maîtrise de l'eau et du climat. Nécromancie.
Race: Inclassable
Niveau de puissance:
2/20  (2/20)

MessageSujet: Re: Mille supplices (PV Sevel)   Sam 27 Mar - 21:21

Dans les méandres de sa souffrance, Nighthaven luttait pour ne pas perdre conscience. Alors qu'une tempête d'un genre nouveau prenait racine dans le cœur noir de la nuit, un protagoniste inattendu vint les honorer de sa présence. Bebal fut le premier à éprouver de la surprise lorsqu'une douleur éphémère vint traverser l'arrière de son crâne. L'instant d'après, la lame affûtée d'une arme réduisait sa vie à un fil que l'on pouvait couper à tout moment. Un rictus mauvais se glissa sur ses lèvres et il raffermit sa prise sur la poignée de son épée. Néanmoins, il ne prit pas le risque de se jeter dans la bataille sans prendre le temps de la réflexion. Lentement, conscient qu'il était inutile de brusquer les choses, il pivota sur ses talons pour voir ce nouvel ennemi.

Un ange. Et toute créature céleste qu'il soit, cet homme ne lui était pas inconnu. D'autres que Bebal, tous issus des enfers, auraient pu aisément l'identifier... N'était-il pas l'un des plus grands ennemis du Diable en personne ? Bebal émit un ricanement à la remarque de Sweililiansev-El, alias le célèbre Sevelian... Pendant ce temps, la Strega s'efforçait d'accommoder sa vue pour mieux jouir de ce retournement de situation. Mais la douleur qui lui lacérait l'épaule glissait un voile de brume écarlate devant son regard embrasé.

- Debout.

Ce fut le seul mot que cet intervenant inespéré eut à son égard, sans même lui accorder un regard. Toutefois, Nighthaven ne lui en tint pas rigueur. Elle était déjà soulagée, au fond d'elle, de recevoir cette aide fortuite. Sa haine à l'égard de Bebal et de ses acolytes avait enflé à un tel point que son désir de violence risquait de lui faire perdre le contrôle à tout instant... D'un geste tremblant, la jeune femme saisit la main tendue et se releva de son mieux, les jambes encore flageolantes. Le sang dégoulinait le long de son bras, maculant sa peau et le peu de vêtements qu'elle portait. La plaie était vilaine, et la douleur à peine supportable.

- Sevelian... susurra Bebal. L'estomac de Satan gronde dans l'attente de t'ingurgiter lorsque ton heure viendra... Et crois-moi, tu n'y échapperas pas éternellement... Mais passons et arrêtons-nous sur ce qui nous intéresse dans l'immédiat. Tu es venu sauver cette femme ?

Il esquissa un nouveau rictus cruel.

- Soit. Ce serait bien dans ton intérêt et dans celui des vermines célestes auxquelles tu appartiens. Mais ne crois surtout pas un instant que ton intervention a changé quoi que ce soit dans le destin de cette damnée Strega. Si tu l'emportes ce soir, tu n'auras fait que gagner un peu de temps et ce n'est pas ça qui nous arrêtera... Bien d'autres princes des Enfers en ont fait leur proie, des Seigneurs en puissance dont Lucifer lui-même...

Nighthaven fronça les sourcils et recula d'un pas, comme pour mieux voir l'étrange couple devant elle. Un roulement de tonnerre ébranla le sol et soudain, une main en décomposition émergea du sol, agrippant la cheville de l'ange au manteau bleu, un personnage que Nighthaven avait déjà pu voir lorsque Sweeper en avait pris l'apparence, à plusieurs reprises... Quant à savoir qu'il il était et quel lien les unissait, elle n'en avait pas la moindre idée et s'en fichait éperdument. Bientôt, la pluie se mit à tomber et sous le crachin qui se mua en averse, des murmures et des grondements s'amplifièrent depuis les profondeurs de certains tombeaux. La terre remua, comme frappée de l'intérieur, et des silhouettes à peine humaines se hissèrent hors des tombes. Corps désossés, êtres en lambeaux, créatures infâmes que la mort avait jeté dans l'oubli, ils émergèrent des entrailles du monde pour venir pousser leurs lamentations aux oreilles des vivants.

- Un conseil, l'emplumé... reprit Bebal sur un ton hostile. Ecarte-toi de notre route et tiens-toi loin de cette femme ! L'Archon Deus-Ex est propriété de Satan et c'est en Enfer qu'il retourna, pour la gloire des Seigneurs Infernaux ! La Strega ne nous échappera pas...

Ayant dit, le démon se dégagea avec une rare violence. Aussi vif que l'éclair, il leva son épée, prêt à l'abattre sur son ennemi. Mais déjà, deux cadavres se dressaient devant lui. Ils retrouvèrent force et agilité en un clin d'oeil et de leurs ongles jaunis, lacérèrent la peau du fils des enfers. Ils l'agrippèrent, l'étranglèrent, et Bebal se débattit avec rage. Sa lame dépeça les chairs putréfiées, mutila les corps réanimés, et il éclata d'un rire sinistre :

- Joli tour de passe-passe, ma belle ! lança-t-il à l'adresse de Nighthaven. Mais tu n'as aucun contrôle sur ce pouvoir que tu crois avoir acquis ! Méfie-toi... Si ce n'est pas moi qui t'attrape, ce sera un autre. Lucifer a lancé ses Hunter contre toi et s'ils te trouvent, tu n'en réchapperas pas...

- Je n'ai que faire de tes menaces, souillure infâme... lâcha froidement la Strega en tenant son épaule blessée.

Elle déploya ses ailes, dont les plumes noires dégoulinaient de pluie. Les marques sur sa peau se mouvèrent en silence, héritage de sa race, et son regard flamboya dans l'obscurité. Bebal fit tournoyer son épée, se débarrassant des derniers zombies, et bondit vers la jeune femme, la frappant une nouvelle fois au visage en l'injuriant. La Strega perdit l'équilibre et sa tête heurta le tombeau de pierre. Le sang coula d'une plaie au crâne, dessinant un funeste dessin sur le côté de son visage. Sonnée, elle perdit connaissance, tandis que la moitié supérieure d'un cadavre se traînait lamentablement vers elle en geignant, désireux de manger...

Bebal cracha par terre et se tourna ensuite vers Sevelian, lui décochant un regard meurtrier où brillait un éclat rageur. Il saisit lentement son épée à deux mains, prêt à affronter son adversaire, dut-il y laisser la vie. Il n'était pas certain de faire le poids, c'était une évidence. Mais sa fierté l'empêchait de fuir la bataille comme le dernier des lâches et par ailleurs, il savait que sa mort serait vengée : les sept Seigneurs de l'Enfer entraient en guerre contre le Ciel pour récupérer au plus vite l'Archon Deus-Ex car si Satan avait envoyé ses généraux et meilleurs guerriers, Dieu en avait de même de son côté... Une course contre le temps pour déterminer le Destin de plusieurs mondes et d'innombrables vies...

- Le chien de Dieu est-il prêt à reprendre du service ? grinça Bebal en levant son épée. Le bâtard des cieux qui s'acoquine avec des créatures de la nuit... Quelle ironie...

Sous un déluge que le spectacle de la foudre venait égayer, le combat s'engagea entre les deux immortels. La nuit prit une macabre tournure, entre les restes putréfiés des résidents du cimetière et la bataille enragée qui annonçait d'ores et déjà une guerre bien plus grande que ce que le monde avait connu jusqu'alors. La clé de cette inéluctable fatalité, un être mystérieux aux pouvoirs grandissants : un Archon Deus-Ex, le premier que l'on trouvait depuis des millénaires... Ceux que les légendes d'autrefois baptisaient les Immémoriaux...

Et dans l'histoire, la Strega Nighthaven, morte par deux fois au cours de son existence, devenait l'instrument de la vengeance de Satan, et la nouvelle arme des légions célestes. A condition que soit trouvé le moyen de contrôler l'Archon et de l'utiliser à sa guide, ce qui n'allait certes pas être chose aisée... Alors que la jeune femme luttait pour reprendre conscience, seul le bruit de l'acier frappant l'acier lui parvint à travers les râles du zombie qui s'efforçait de la dévorer, et la pluie qui détrempait la terre, déjà souillée de son sang. L'ange était-il venu la sauver, ou avait-il été seulement attiré par la perspective d'un combat singulier contre un démon comme Bebal ? Du fond de son être, la Strega ne sut ce qu'elle devait espérer, mais au moins l'ange lui avait-il évité d'avoir recours à la violence...
Revenir en haut Aller en bas
Sevel



Nombre de messages : 89
Points : 2
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
Pouvoirs: Aucun
Race: Ange
Niveau de puissance:
18/20  (18/20)

MessageSujet: Re: Mille supplices (PV Sevel)   Lun 29 Mar - 11:57

Au moins, la strega s'était relevée, non sans difficulté. Visiblement, la bête à cornes l'avait amochée plus que je le pensais, comme en témoignait l'épée ruissellante de sillons épais et rougeâtres. Et tandis que la vomissure me contemplait en laissant échapper le petit ricanement de "ceux qui pensent savoir", je me décidais à soigner Nighthaven tant que je le pouvais. La main que je lui avait tendu était remontée vers son visage, un de mes doigts cherchant ses lèvres pour finalement les passer avec douceur et venir s'attarder sur ses crocs prohéminents. Le bout de mon index glissa alors brutalement sur la pointe acérée et je m'entaillais volontairement afin qu'un mince filet de sang se mette à couler doucement. Avec lenteur et sensualité -bien que ce fût involontaire- je parcouru ses lèvres charnues pour y déposer un soupscon de ce fameux elixir. Mon ichôr avait des propriétés curatives auquelles la dernière Strega avait déjà goûté et je comptais une fois encore sur la nature du sang se ruant dans mes veines.

Alors que j'officiais, la chiure démoniaque prit la parole sans que je l'y eu invité. Cafard qu'il était, tout ça pour me déblatérer le tissu de billevesées habituelles. Ceci étant et alors que je l'écoutais, je réalisais que celle qu'il convenait de nommer "ma compagne" s'était encore fourrée dans des draps trop sales pour elle. Qu'avaient donc les femmes à se mettre dans des situations où elles ne pouvaient finalement plus que finir par compter sur un homme ? On ne verrait jamais un mâle procéder ainsi. Du moins, on ne me verrais jamais procéder ainsi.


- Mesure tu la portée de tes propos, larve ? Tu connais mon nom alors que je ne ferais même pas l'effort d'apprendre la première lettre du tien. Voila révélé l'écart qui nous sépare, toi et moi. Et qu'importe l'appétit de Satan, le soufreteux attendra encore une éternité avant de se repaître d'un plat trop haut de gamme pour son estomac putride.

Dans un petit mouvement, ma main quitta les lèvres de Nighthaven. Je connaissais les vampires et leur soif lorsqu'ils étaient blessés mais elle n'aurait pas davantage de sang. Il m'était impossible de dire si cela ne serait pas dangereux pour son organisme et j'aurais été bien bête de m'exposer à une faiblesse d'une façon si visible. Je me placais finalement devant Night, lui exposant volontairement mon dos avec l'idée de la protéger.

- Lucifer, vraiment ? Voila qui ressemble bien aux étrons du Très-Bas que de craindre un traître incapable de mener le moindre projet à bien.

Alors que la bestiole a sabots et moi nous jaugions mutuellement, l'air semblait s'alourdir. Il s'emplissait d'une aura puissante mais ô combien malsaine et l'orage grondant ajoutait à l'atmosphère pesante et sombre. Déjà, les premières gouttes s'écrasaient sur le sol et mon manteau tandis que le roulement sourd du tonnerre nous exprimait la pleine fureur du ciel. Ce serait la tempête, ce soir. Hm... Le cimetière n'était sûrement pas le meilleur endroit pour des retrouvailles, puisque des caveaux s'élèvaient des soupirs d'outre-tombe. D'un regard preste et vif, je balayais les alentours. Sous une impulsion maléfique, la terre recrachait les morts dont elle veillait sur le sommeil. Les repos de marbre, de pierre et de gravas remuaient sous les grattements sinistres de mains décharnées qui finalement apparaissaient à la surface pour s'en extirper peu à peu, révélant toute l'horreur de la condition d'être mort.
Nécromancie. Et de haut niveau, vu le nombre de morts qui venaient à rejoindre la scène prêts à nous mener dans un ballet morbide. Lorsqu'une poigne se referma sur ma cheville, je donnais un mouvement sec à ma jambe qui arracha la main de son poignet.

Profitant de cet instant d'inattention de ma part, le démon se dégagea d'un geste fort et rapide, s'apprêtant à me frapper de son acier. Mais cet imbécile fanfaronnant fût stoppé dans son geste par les morts revenus dans le royaume des coeurs battants et il dû composer avec eux, me laissant amplement le temps de refermer ma garde. J'étais épargné, du moins pour l'heure... Mais contrairement au furoncle d'En Bas, j'avais pris soin de me préparer un minimum. Un petit sourire en coin satisfait au creux des lèvres, j'assistais aux gesticulations de mon opposant, me defaisant d'un revers du bras d'un cadavre trop attaqué par le temps pour être réellement redoutable. Toutefois, je n'étais pas dupe : j'étais blessé et l'odeur de mon sang les feraient rapidement venir en nombre. L'inconvient d'être délicieux restait les appétits les plus gourmands qui vous entouraient, aprés tout.

Finalement, l'incapable chien de Satan parvint à se défaire de ses adversaires et se trouva malin à rire de ses difficultés à se débarasser d'ennemis si peu puissants. Au moins, il m'apprit que c'était à Nighthaven que nous devions l'irruption des invités indésirables à notre petite sauterie privée. Je ne me souvenais pas qu'elle eu jamais possédé telle capacité, par contre. Cela avait il un rapport avec cet "Archon Deux Ex" qu'il avait évoqué un peu plus tôt dans que je prenne encore la peine de lui répondre ? Bah, quel intêret que de répondre à un être considérant un déchu incapable comme dangereux ? Nighthaven le fît trés bien à ma place même si elle manquait cruellement de panache.

Elle paya ces paroles lorsque l'être fila sur elle rapidement par un angle d'approche que je ne couvrais plus, la Strega s'étant déplacé légèrement dans mon dos. Le démon fondit sur elle comme la Peste sur le pauvre monde, la frappant si fort que sa tête percuta une croix de pierre avant de s'écrouler à terre, le clébard infernal finissant par se retourner vers moi pour me défier en serrant fermement son arme à deux mains. Sachant dès lors le combat inévitable, je dégainais Yamato de son fourreau d'un mouvement du pouce, ma main libre venant en saisir le manche pour extraire toute la longueur de la langue d'acier effilé avant que je ne jette le fourreau sur le sol. Alors qu'il parlait, je ne perdais pas le petit sourire suffisant vissé au coin de mes lèvres. La pointe de mon katana se ficha dans le sol pour que je dessine dans la boue de celui çi un demi-cercle.


- J'ose espérer que tu te bats mieux que tu ne parle, fosse à purin. Viens donc, je vais te montrer pourquoi les asticots grouillants qui te servent de frères et soeurs veulent tant s'approprier mon âme.

Il fonca vers moi l'épée haute et le regard meurtrier. Son attaque ne passa pas ma garde qui le stoppa dans un tintement d'acier, et à peine nos lames fûrent elles séparaient que déjà elles se retrouvaient dans des échanges rapides. Sa sweïhander était bien plus lourde que mon sabre, qui multipliait les assauts parés avec plus où moins de bonheur. La chose n'était pas mauvaise, mais un cran encore en dessous de Judicaël où encore de cette immondice purulente de Hrutur.

Autour de nous, la boue volait en gerbes épaisses sous nos pas qui écrasaient parfois des reliquats de corps putrides qui ne cessaient de se rassembler. Parfois, certains étaient pris dans les mouvements de nos armes et périssaient à nouveau sous les coups rageurs. Ceux là ne pouvaient assurément rien contre moi, mais je réalisais soudain qu'ils constituaient une menace sérieuse pour Nighthaven qui devait être encore sonnée. Et ce fiéffé salopard de démoniaque était parvenu à nous écarter d'elle ! Impossible pour moi de dire si c'était volontaire où seulement le fruit du hasard mais je n e pouvais permettre que la strega serve de buffet froid à des créatures qu'elle semblait avoir elle-même conjurées. Malgré moi, je jettais un coup d'oeil dans sa direction et vis un corps ramper vers elle. Le démon mit cet instant à profit pour m'entailler la cuisse légèrement, ce qui me fît stopper brutalement mon mouvement en cours. Je ne dûs ma survie à l'épée qui s'abattait sur mon crâne qu'a un reflexe pur et simple, qui fît s'interposer Yamato sur la route qui m'aurait coûté la vie et la victoire. Alors que le démon exultait de satisfaction et que je serrais les dents sous la pression de sa lame, je décidais de lui apprendre ce qui faisait la différence entre les maîtres de guerre et les simples chiens soldats.

Les plumes que j'avais dispersées à mon arrivée se mirent alors à scintiller, s'élevant peu à peu dans les airs en se couvrant de métal, s'improvisant redoutablement aiguisées nous cernant de toutes part alors que finalement elles commençaient à tournoyer sur elles-même pendant que j'affichais à présent un sourire plus large qui fît relever les yeux à mon adversaire. Ce dernier se rendît compte de la situation et tenta de se dégager, mais je ne lui en laissais pas le temps.


- Je parlais d'écart de niveau, un peu avant... Ca se traduit aussi de cette façon, étron. Tu ne manie qu'une lame, tandis que j'en ai mille à mon service. Qu'elles t'emportent !

Je le repoussais d'un coup puissant alors que les Mille Lames fonçaient sur lui et que je fonçais pour ma part sur Nighthaven, enfonçant mon katana au travers du crâne de la créature la menaçant, la clouant sur place. Derrière moi, le démon hurlait la douleur de sa chair meutrie alors qu'une lance de lumière trouait l'obscurité de la nuit. L'orage battait à présent son plein.

Je m'agenouillant finalement devant la jeune femme, dégageant les mêches alourdies par l'eau de la pluie qui tombait en trombe. Le sang et la boue se mêlaient sur ses traits que je revoyais aprés une décennie de séparation, lui donnant un côté sauvageon qui avait quelque chose de trés érotique. A moins que ce ne fût l'effet du peu de tissu collé à sa peau, qui mettait en valeur ses formes désirables.


- Je passe mon temps à te sauver de l'Enfer, Strega.

Sauver ? Pas si sûr. L'aura de mon adversaire n'avait aucunement disparu et je me rendais compte que j'avais péché par orgeuil, ouvrant dans ma défense un trou grand comme l'arche de triomphe. Et le temps que ma main ne revienne vers mon sabre, qui savait ce qu'il pouvait se passer ? Me maudissant intérieurement, je me jettais sur mon arme....
Revenir en haut Aller en bas
Nighthaven



Nombre de messages : 83
Points : 11
Date d'inscription : 05/03/2010

Feuille de personnage
Pouvoirs: Maîtrise de l'eau et du climat. Nécromancie.
Race: Inclassable
Niveau de puissance:
2/20  (2/20)

MessageSujet: Re: Mille supplices (PV Sevel)   Dim 11 Avr - 20:01

Un goût de sang, suave et délectable, glissa entre les lèvres assoiffées de la Strega, alors qu'elle sombrait aux portes de l'inconscience. L'esprit vagabondant entre l'ivresse des ténèbres et la dangereuse réalité, elle déglutit et savoura malgré elle le fabuleux nectar de vie... La chaleur des doigts qui l'avaient effleurée restait imprimée sur sa chair tendre, y laissant l'ombre d'une caresse jamais oubliée. Mais l'heure n'était ni aux souvenirs, ni à la tendresse de jadis. Le combat faisait rage entre l'ange et le démoniaque. Bébal ne craignait ni la mort, ni les enfers. La douleur et la peur lui étaient méconnues, si bien qu'il reçut avec orgueil l'épreuve qu'on lui imposait : combattre Sweililiansev-El, avec toute la hargne et la colère qui seyaient à sa nature profonde. Peu importait le prix qui en résulterait.

Autour des combattants, les morts s'arrachaient à leur prison de terre, grognant et gesticulant comme des pantins dénués de fils. L'orage gronda au loin, continuant d'illuminer la scène d'une touche aveuglante. Seul le vent retomba, abandonnant la pluie à sa danse mélancolique. Lentement, Nighthaven se redressa. Ses prunelles s'embrasèrent, faisant étinceler son regard d'un éclat rougeoyant, et elle déploya ses ailes détrempées par la pluie. A peine remise du choc, elle eut juste le temps d'entrapercevoir le visage de son sauveur, car déjà, Sevel se jetait de nouveau sur son arme face à la menace imminente : Bébal était loin de s'avouer vaincu et entendait le prouver. Avec une violence enragée, l'affrontement reprit de plus belle. Le choc des épées, le crissement de l'acier ensanglantée, les Mille Lames de l'ange rebelle... Un tableau épique, au milieu des cadavres qui s'exhumaient eux-mêmes, soumis à une volonté autre que la leur. Une voix glaciale dans la tourmente, des mots étrangers nés d'une langue morte, et les corps détruits se reconstituèrent. Les membres coupés s'assemblèrent, les lambeaux de chairs se recomposèrent, et là où la vie s'en était allée, elle revint pour un bref instant.

- Annonce au Cornu que je serai bientôt libre et que je rassemblerai mes légions pour le détrôner de son royaume putride, gronda Nighthaven d'une voix méconnaissable.

A nouveau, le murmure dans la nuit. Sinistre, froid, inhumain, et des mots que personne ne pouvait comprendre, en-dehors peut-être de l'être immémorial qui possédait en cet instant la Strega impuissante. Et sous l'intonation de l'Archon diabolique, les morts se dressèrent contre Bébal, certains brandissant leurs armes. Une vague mortelle qui déferla sur le serviteur du Diable, déjà terriblement éprouvé par les talents d'épéiste de l'ange. Tout fils des Enfers qu'il fut, Bébal n'avait pas la force nécessaire pour repousser l'assaut de tous ces morts, animés par la haine et la violence qui nourrissaient l'Archon. Les coups se mirent à pleuvoir, impitoyables, et le sang gicla plus encore. Les hurlements de Bébal se joignirent au roulement du tonnerre et furent ponctués par le rire sardonique de l'Archon, au travers de Nighthaven.

Brusquement, un silence troublant retomba. Nighthaven s'effondra, la respiration précipitée, le coeur battant à tout rompre. Son corps fut parcouru du spasme et le bracelet autour de son bras vira à l'incandescence, lui brûlant la peau. Les morts tombèrent d'un seul mouvement et la tempête se dissipa aussi soudainement qu'elle s'était formée. Lorsque la Strega parvint à reprendre un semblant de conscience, elle sentit sa mémoire défaillir et eut tout le mal du monde à remettre de l'ordre dans ses idées. Péniblement, elle se redressa, tremblante de froid. Les mâchoires crispées, l'air agacée, elle contempla la scène macabre et son regard s'arrêta sur la silhouette imposante de l'homme au manteau bleu. Un être charismatique, étonnamment familier, dont elle sut seulement qu'il était venu lui porter secours. Mais tous ces morts, autour d'eux, quel avait pu être leur rôle ? Qui les avait tués ?

*Ne crois pas que je te sauverai la mise à chaque fois...* aboya la voix agressive de Sweeper dans l'esprit de la Strega.

- Je ne t'ai rien demandé, crevure... répondit-elle aimablement.

*Bébal représentait un danger pour toi comme pour moi, et sa mort me sert... Et puis il ne t'aurait jamais tuée, ce qui n'est pas pour m'arranger. Je dois rassembler mes légions et tu m'y aideras...*

Nighthaven marmonna à voix basse en essayant de se relever. Ses jambes flageolaient encore et elle se sentait incroyablement faible. Vidée de ses forces et de son énergie. Quoi qu'ait fait l'Archon, il n'y était pas allée de main morte. La jeune femme, d'une démarche incertaine, se rapprocha de l'ange et tendit une main tremblante vers lui, comme si elle hésitait à le toucher. Elle voulait voir son visage, qu'il se tourne vers elle, et peut-être pourrait-il raviver certains souvenirs enfouis. Le ricanement de Sweeper lui fit froncer les sourcils et elle suspendit son geste, hésitante.

*Il est ton passé et ton futur... Salue le visage de ta mort, Strega...*

- Tais-toi... souffla-t-elle à voix basse.

Puis elle leva les yeux vers l'ange, les sourcils froncés :

- Votre intervention n'a pas été sans utilité, mais vous ignorez dans quelle histoire vous mettez les pieds. Ceci est d'une imprudence regrettable.

Une manière détournée de le remercier, sans s'abaisser à y mettre les formes. La Strega soupira.

- En vérité, j'ignore même si vous avez eu raison d'intervenir. Est-il pire de laisser un Archon Deus-Ex aux mauvais desseins recouvrer sa liberté, ou laisser Satan et ses sbires le posséder pour des projets non moins honorables ?

La jeune femme s'écarta, prise de vertiges. Elle ne savait même pas si elle devait attendre une réponse ou une réaction de son interlocuteur silencieux. La fièvre lui montait à la tête. Avait-elle pris froid, ou était-ce un affaiblissement suite à ce que Sweeper s'était permis de faire ? Nécromancie... D'un niveau jamais atteint auparavant... Mais seul l'Archon avait la force et le savoir nécessaire pour utiliser le pouvoir de la Strega à un aussi haut degré...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mille supplices (PV Sevel)   Aujourd'hui à 10:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Mille supplices (PV Sevel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'automne en mille morceaux!
» Le Lac aux Mille et un Secrets
» CANADA -- MILLE-ISLES
» Les Mille Marches : Premier Conte "Gangrenâge"
» Les Mille Marches : Sixième Conte "Aquarius"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monde Fantastique :: Le Rôle play :: S'essayer au Monde Fantastique-
Sauter vers: